Des experts en humanité dénoncent le Projet de loi 52



Alors que les députés québécois s'apprêtent à voter d'ici quelques jours sur le Projet de loi 52, qui vise à légaliser l'euthanasie en l'appelant « aide médicale à mourir », les vrais experts en humanité lancent une sérieuse mise en garde : offrir et donner la mort intentionnellement à une personne en lui injectant un poison ne sera jamais un soin médical, mais une trahison très grave des malades et des personnes en fin de vie.

Dans une vidéo percutante, lancée aujourd'hui à Montréal, deux géants de l'accompagnement des personnes vulnérables lancent un appel à la conscience des députés.

Jean Vanier, fondateur de l'Arche – avec ses 150 communautés qui, dans 40 pays, accueillent les personnes vivant avec un handicap – dénonce clairement l'euthanasie comme un crime. Il fait appel à notre humanité pour refuser toute légalisation de l'euthanasie; il faut, soutient-il, réapprendre à accompagner les personnes vulnérables pour que notre société soit vraiment humaine.

Le docteur Balfour Mount, fondateur des soins palliatifs en Amérique du Nord et expert mondial dans l'accompagnement des personnes mourantes, qualifie de grave erreur une éventuelle légalisation de l'euthanasie. Il insiste : les soins palliatifs peuvent prendre en charge toutes les douleurs et souffrances du patient, tandis que la légalisation de l'euthanasie mettrait réellement en danger toutes les personnes affaiblies et vulnérables. La sécurité et la protection de tous les citoyens est primordiale, elle a toujours eu préséance sur le droit individuel en santé publique.

L'euthanasie est à nos portes, mais nous avons encore le pouvoir – par souci d'humanité – de lui interdire d'entrer.

Transcription - Version courte

Marc Beauchamp

Les députés qui vont voter dans quelques semaines pour adopter ou non le Projet de loi 52 vont probablement prendre la décision la plus lourde de toute leur carrière. Parce qu'au bout de leur décision, ils vont faire partie d'une chaîne qui va aboutir à des homicides.

Jean Vanier

Depuis 50 ans maintenant, je vis avec des gens très faibles, fragiles, avec des handicaps parfois très sérieux. Certains ne peuvent pas marcher ni parler. Et je crois que je peux dire que ce sont des personnes qui nous apprennent ce que c'est aimer.

Nicolas Steenhout

Tout le monde se décourage un moment donné ou un autre, et on peut se décourager beaucoup. Et quand on devient découragé, on devient vulnérable. Moi, de ma propre expérience, je sais qu'il y a cinq ans, si on m'avait dit : « Écoute, l'euthanasie est disponible », je l'aurais probablement fait.

Jean Vanier

Et dans ma communauté depuis de longues années, vous pouvez vous imaginer, il y a beaucoup de gens qui sont morts. Nous voulons les accompagner, être avec eux jusqu'à la dernière minute. Nous sommes par le fait même... Pas question de l'euthanasie. C'est comme une sorte de forme de blessure, de crime.

Balfour Mount

Je m'adresse à vous en tant que médecin qui a été au chevet de personnes mourantes à l'hôpital Royal Victoria de McGill pendant 40 ans. Mais je parle aussi en tant que patient atteint de cancer, ayant une trachéostomie. Les plus vulnérables sont mis en danger quand l'euthanasie et légalisée.

Geneviève Dechêne

Je trouve indécent que l'on propose aux patients en fin de vie québécois de les tuer, au lieu de les soigner. Je demande aux députés qui vont voter sur cette loi, je vous demande de voter en faveur des soins aux patients en fin de vie et non pas de l'euthanasie. Le fait de tuer un patient qui va mourir n'est pas un soin. C'est un meurtre.

Balfour Mount

Je crois que ce serait une erreur catastrophique de légaliser l'euthanasie au Québec, et au Canada.

Jean Vanier

Et surtout, il s'agit à tout prix d'éviter des législations pour tuer des gens, finalement des législations de l'euthanasie. Pour découvrir qu'une société est humaine, vraiment humaine, que si les plus faibles ont leur place.

Marc Beauchamp

Les Québécois méritent vraiment plus que de se faire proposer par leur gouvernement qu'on fournisse un médecin pour les tuer. Les Québécois méritent toute la protection, ils méritent vraiment d'être protégés jusqu'à la fin de leur vie.

1

Comments

  1. Antoinette Castonguay  May 24, 2014

    Je suis totalement opposée à l’euthanasie. Ayant oeuvré 40 ans dans un pays très pauvre, j’ai toujours remarqué le grand désir de vivre de chaque malade même n’ayant aucun soin familial parce que trop pauvre.