• 13 juillet 2017 : Après une très forte augmentation en 2016, le nombre de demandes d'euthanasie aurait diminué légèrement au Québec selon des données encore partielles. Par ailleurs, toutes les demandes d'euthanasie formulées en Abitibi-Témiscamingue et en Côte-Nord ont été acceptées. (>>) (>>)
  • 10 juillet 2017 : Les membres indépendants du conseil d’administration du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ont annoncé leur démission, déplorant le refus du ministre Barrette «d’engager le dialogue» avec eux. (>>)
  • 7 juillet 2017 : Michel Cadotte, l'homme accusé d'avoir tué sa femme, se voit accorder la libert sous caution en attendant son procès. (>>)
  • 15 juin 2017 : audience sur la libération en attente du procès de Michel Cadotte, accusé d'homicide contre son épouse atteinte d'Alzheimer. Les avocats de la défense soutiennent que ses actions ont été menées "avec compassion". (>>) (>>)
  • 13 juin 2017 : l’avocat Jean-Pierre Ménard porte devant les tribunaux la cause de deux personnes vivant avec un handicap qui se sont vu refuser l’aide d’un médecin pour se suicider, demandant à ce qu’on élimine de la loi fédérale le critère de « mort raisonnablement prévisible », et de la loi québécoise, la notion de « fin de vie ». (>>) (>>) (>>) (>>)
  • 16 mai 2017: le secrétaire du Collège des médecins, Dr Yves Robert, publie une lettre qui affiche ses réticences devant l’élargissement de l’aide à mourir (>>) (>>)
  • 14 avril 2017: le Québec est la première province à examiner la proposition controversée d'euthanasie par consentement préalable. (>>)
  • 24 mars 2017: Gaétan Barrette annonce des mesures destinées à alimenter la réflexion sur un éventuel élargissement de la Loi concernant les soins de fin de vie, notamment aux personnes inaptes, et potentiellement aussi aux personnes avec maladies chroniques. Entre autres, il modifie le mandat de la Commission sur les soins de fin de vie pour qu'elle analyse les refus d'euthanasie. (>>).
  • 20 mars 2017: le gouvernement québécois a coupé le financement d’activités d’enseignement qui permettaient à de futurs médecins de famille de recevoir une formation spécialisée en santé mentale. (>>)
  • 17 mars 2017: l’avocate du Montréalais accusé d’avoir tué sa femme atteinte d'Alzheimer estime que ce sera à la société et au tribunal de décider s’il s’agit d’un meurtre ou d’une aide à mourir. (>>)
  • 16 mars 2017: les demandes d'euthanasie sont en hausse au Bas-Saint-Laurent (>>)
  • 14 mars 2017: durant la première année de la nouvelle loi au Québec, un total de 461 personnes sont mortes par euthanasie (>>). Voir les statistiques complètes ici >>
  • 23 février 2017: le Ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ouvre la porte à l'largissement de la loi sur l'euthanasie aux personnes souffrant de démence, incapables de donner leur consentement au moment de leur mort (>>).
  • 21 février 2017: un homme est accusé d'avoir étouffé sa conjointe de 60 dans un CHSLD pour « alléger les souffrances de son épouse » aux prises avec la maladie d'Alzheimer à un niveau avancé (>>).
  • 1 février 2017: l'homme d’affaires Alexandre Taillefer plaide pour que le Québec investisse davantage pour prévenir le suicide en ligne (>>) dans le cadre de la 27e Semaine de prévention du suicide ayant pour thème « Le suicide n’est pas une option ».
  • 22 janvier 2017  : une enquête révèle que la majorité des travailleurs de la santé sont surmenés. (>>)
  • 17 janvier 2017 : au sujet de la maltraitance, les animaux seraient « mieux traités que les aînés au Québec », selon le Conseil de protection des malades. (>>)
  • 14 janvier 2017 : des bioéthiciens du Québec publient un article dans le Journal of Medical Ethics, plaidant pour réaliser des prélèvements d’organes sur les personnes euthanasiées. (>>)
  • 10 janvier 2017 : le nombre d'euthanasies au Québec dépasse (encore) les prévisions. (>>)
  • 9 décembre 2016 : Selon les dernières données rendues publiques, 28 demandes d'aide médicale à mourir ont été administrées en Estrie en 2016 jusqu'à maintenant. (>>)
  • 29 novembre 2016 : Un rapport rendu public par erreur à l’Assemblée nationale fait état de pratiques inquiétantes dans les CHSLD de la province. (>>)
  • 29 novembre 2016 : Depuis juin 2016, 25 personnes qui ont fait une demande d’aide médicale à mourir ont pu se prévaloir de ce droit reconnu. (>>)
  • 27 octobre 2016: la Commission sur les Soins de Fin de Vie publie son premier rapport annuel d'activités dans lequel elle fait état de 262 euthanasies en date du 1er septembre. Elle mentionne avoir examiné 198 cas, parmi lesquels 21 cas se sont avérés problématiques: 18 cas concernant l'indépendance du second médecin, 2 cas où il y avait un problème avec le critère de fin de vie  et 1 cas où elle met en doute le fait que le patient ait été atteint d'une maladie grave et incurable. (>>)
  • 21 octobre 2016: Congrès mondial sur les soins palliatifs à Montréal au cours duquel des intervenant ont fait part de leurs inquitudes concernant l'avenir des soins palliatifs au Québec. Selon eux, l’arrivée de l’euthanasie expose le milieu des soins palliatifs au Québec à un risque de « fracture et d’implosion », en raison des pressions croissantes exercées pour « faire pénétrer l’aide à mourir » dans ses milieux de soins. (>>)
  • 30 septembre 2016: le rapport annuel du Protecteur du citoyen dénonce le fait que la bureaucratie a moins souffert que les personnes vulnérables des compressions dans les services publics, et donc que ce sont les plus vulnérables qui ont payé le prix de l’austérité. Lire l’article >>
  • 29 septembre 2016: les évêques canadiens sont attaqués dans les médias pour avoir eu le tort de réfléchir à la possibilité de refuser des funérailles religieuses dans certains cas d'euthanasie - bien qu'à ce jour, aucune directive n'ait été donnée en ce sens. Lire l’article >>
  • 22 septembre 2016: les syndicats qui représentent le personnel des établissements de santé du Bas-Saint-Laurent dénoncent la détérioration considérable de la qualité des services suite aux compressions en santé. Lire l’article >>
  • 21 septembre 2016: la confusion continue de régner autour des différences entre la loi fédérale et la loi québécoise sur l'euthanasie et le suicide assisté. Le ministre Gaétan Barrette prévient les médecins québécois qui se risqueront à appliquer la loi fédérale C-14 qu'ils devront assumer seuls leurs démêlés avec la justice. Lire l’article >>
  • 19 septembre 2016: patients et syndicats dénoncent une autre consultation du gouvernement québécois dans les CHSLD au lieu de gestes concrets pour améliorer les conditions de vie des patients. Lire l’article >>
  • 19 septembre 2016: la Commission chargée de veiller à l'application de la loi sur l'euthanasie au Québec est de nouveau accusée par les mêmes médecins euthanasieurs qui remettent en question son impartialité en raison de la présence d'opposants à l'euthanasie au sein de son conseil d'administration. Lire l’article >>
  • 10 septembre 2016: à l'occasion de la 14e Journée mondiale de la prévention du suicide, l’Association québécoise de prévention du suicide rappelle que 1100 Québécois s’enlèvent la vie chaque année, soit 3 personnes par jour, et que la situation stagne malgré les campagnes de prévention. Lire l’article >>
  • 9 septembre 2016: la Commission chargée de veiller à l'application de la loi sur l'euthanasie au Québec est accusée d'en faire trop par des médecins euthanasieurs. Lire l’article >>
  • 30 août 2016: devant le nombre croissant de Québécois non admissibles àl'euthanasie qui se donneront la mort par le jeûne, le Collège des médecins du Québec annonce qu'il prépare un « guide de pratique » pour aider les médecins à accompagner leurs patients qui se laisseront mourir de faim et de soif. Lire l’article >>
  • 17 août 2016: la Maison Albatros est publiquement pointée du doigt parce qu'elle a refusé d'euthanasier un patient, et l'a plutôt transféré au centre hospitalier de Trois-Rivières, comme prévu par la loi. Lire l’article >>
  • 24 juillet 2016 : inauguration d'une unité de soins palliatifs à l’hôpital de Verdun à Montréal (>>).
  • 23 juillet 2016 : les médecins québécois qui pratiquent l’euthanasie doivent procéder en faisant fi des indications de Santé Canada, qui n’a toujours pas approuvée le protocole d’administration des produits utilisés dans les cas d’euthanasie (>>).
  • 18 juillet 2016 : le gouvernement québécois adopte de nouvelles directives ministérielles (>>), pour rendre la pratique de l’euthanasie au Québec conforme à la loi fédérale (>>).
  • 13 juillet 2016: un médecin de Montréal lance une poursuite devant la Cour supérieure du Québec pour contester la loi québécoise qui a légalisé l’aide au suicide (>>).
  • 7 juillet 2016 : six mois après l'entrée en vigueur de la loi sur les soins de fin de vie, les données rendues publiques montrent que les demandes d'euthanasie dépassent les estimations et que les 166 personnes euthanasiées au Québec représentent environ deux fois plus que ce à quoi s'attendaient les experts (>>).
  • 4 juillet : le Collectif des médecins contre l’euthanasie publie une lettre ouverte à Véronique Hivon pour dénoncer son attaque du CUSM en l’accusant de vouloir imposer l’euthanasie dans les soins palliatifs.  (>>)
  • 29 juin 2016: Véronique Hivon demande au ministre Barrette d'intervenir au CUSM pour forcer l’unité de soins palliatifs à pratiquer l’euthanasie au sein de son unité (>>). Le Dr Barrette répond qu'il veut mater la résistance (>>)
  • 29 février 2016: date prévue pour le lancement d'une campagne de communication du gouvernement du Québec sur les soins de fin de vie. Voir lien vers le message >>
  • 16 février 2016 : les médias rapportent une dizaine de cas officiels d'euthanasie au Québec depuis l'entrée en vigeur de la loi. Lire un article >>
  • 15 janvier 2016: la Cour Suprême du Canada accepte d'exempter le Québec de la prolongation de quatre mois accordée au gouvernement fédéral pour que celui-ci puisse adopter une loi sur le suicide assisté. De ce fait, la loi québécoise sur l'euthanasie, entrée en vigueur le 10 décembre 2015, est officiellement approuvée par la Cour suprême du Canada. Lire la suite >>
  • 14 janvier 2016: les médias rapportent un premier cas d'euthanasie au Québec
  • 4 janvier 2016: la Cour d’appel du Québec déclare que les dispositions du Code criminel qui interdisent toujours "l’aide médicale à mourir" ne peuvent pas, à elles seules, empêcher l’entrée en vigueur et l’application de l'euthanasie au Québec puisqu’elles ont été déclarées invalides par la Cour suprême du Canada dans la décision Carter. Lire la suite >>
  • 18 décembre 2015: audience du gouvernement du Québec en Cour d'appel à propos de l'incompatibilité des articles de « l'aide médicale à mourir » avec le Code criminel du Canada. La décision devrait être rendue prochainement mais pour l'instant nous ignorons la date précise.
  • 10 décembre 2015: étant donné la suspension temporaire du jugement de la Cour supérieure en attendant la décision de la Cour d'appel, le gouvernement du Québec annonce que les articles visant « l'aide médicale à mourir » entrent en vigueur en attendant le verdict de la Cour d'appel, mais ne peut garantir l'immunité totale aux médecins qui participeraient à un processus d'euthanasie.
  • 9 décembre 2015: la Cour d'appel du Québec permet au gouvernement du Québec de contester le jugement de la Cour supérieure lors d'une audience prévue le 18 décembre.
  • 1er décembre 2015: la Cour supérieure du Québec rend inopérants tous les articles de la Loi visant « l'aide médicale à mourir » qui devaient entrer en vigueur le 10 décembre en les déclarant incompatibles avec le Code criminel canadien et ce, jusqu'à ce que le gouvernement fédéral implante une nouvelle loi pour encadrer la décision de la Cour suprême de légaliser le suicide assisté au Canada. Le jugement souligne également l'usage d'un euphémisme dans la loi québécoise pour masquer qu'il s'agit d'euthanasie humaine.