Infolettre vol. 31

Actualités au Québec

Actualités au Canada

18 février 2019 : ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ: QUÉBEC AMORCE UN GRAND VIRAGE

Le gouvernement Legault annoncera au printemps un coup de barre important pour améliorer l’accès aux soins de santé. un des éléments importants de la stratégie sera l’élargissement de l’autonomie des infirmières praticiennes spécialisées (IPS). On veut aussi augmenter leur champ de pratique – les interventions qu’elles peuvent faire sans la tutelle d’un médecin – dans les soins palliatifs, par exemple. Le Québec compte environ 400 IPS actuellement, mais ce contingent augmentera rapidement pour atteindre 2000 en 2024.

En savoir plus

19 mars 2019 : DES MILLIERS DE MONTRÉALAIS EN ATTENTE DE SOINS À DOMICILE

Plus de 4400 Montréalais figurent sur des listes d’attente pour obtenir des soins à domicile, selon des documents obtenus par Radio-Canada auprès de trois des cinq CIUSSS de Montréal.

En savoir plus

21 mars 2019 : BUDGET 2019-2020: ENGAGEMENTS ENVERS LES AÎNÉS ET LES PROCHES AIDANTS

L’ajout de 900 lits en CHSLD, injection de 215 millions de dollars dans l’amélioration des conditions d’exercice du personnel soignant et des ressources financières importantes qui seront investies dans la mise à niveau des infrastructures permettront de continuer à offrir des services essentiels à la population.

En savoir plus

3 avril 2019 : DÉPÔT DU RAPPORT SUR LES SOINS DE FIN DE VIE AU QUÉBEC

La Commission sur les soins de fin de vie dépose le Rapport sur la situation sur les soins de fin de vie au Québec. Voici les faits saillants depuis l’entrée en vigueur de la loi:

– 2462 demandes 

– 1632 euthanasies

– 10 fois plus d’euthanasies que prévu

– 67% administré en centre hospitalier, 20% à domicile, 10% en CHSLD, 1% en maison de soins palliatifs

– Âge moyen à l’administration: 73 ans

– 98,3% des médecins du Québec ne font pas d’euthanasie

– Diagnostic principal: cancer (78%)

– Pronostic vital estimé: 6 mois et – (90%)

– Des 1492 demandes (92%) que la Commission a pu analyser, 4% ne respectaient pas la loi

Lire le rapport (section sur l’euthanasie aux p.30 à 54)

7 décembre 2018 : ABUS ET HAUSSE DES CAS D'EUTHANASIE

Le nombre de personnes qui ont eu recours à « l’aide médicale à mourir » au Québec a connu une hausse significative en 2017-2018. Un total de 845 personnes l’ont reçue contre 638 l’année précédente. Au total, 1664 Québécois l’ont obtenue depuis l’entrée en vigueur de la loi en décembre 2015.

En savoir plus

Lire le rapport complet

14 avril 2019 : DÉGRADATION DES SOINS À DOMICILE SELON UN SONDAGE AUPRÈS D'AUXILIAIRES DE SANTÉ

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) dévoile les résultats d’un sondage sur le quotidien des Auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS) et sur les services aux usagers. 

Cette consultation a été menée du 17 janvier au 1er mars 2019. Ce sont 2 693 ASSS qui ont répondu à ce sondage, ce qui représente près de 50 % de l’ensemble des ASSS du Québec. Les ASSS sont celles qui rencontrent le plus souvent les usagères et usagers qui reçoivent des soins à domicile. Si elles répondent massivement aimer leur travail (90 %), elles sont aussi près de 97 % à considérer que le gouvernement ne reconnaît pas leur contribution.

Connaître tous les résultats du sondage

25 mars 2019 : LE CONSENTEMENT À LA RÉANIMATION AU CENTRE D'UN PROCÈS CIVIL À TORONTO

À Toronto, la fille d’un patient de l’Hôpital Sunnybrook reproche à deux médecins de ne pas être intervenus lorsqu’il a succombé à un arrêt cardiaque, il y a dix ans.  Les deux médecins, maintiennent qu’ils n’auraient fait que prolonger les souffrances du patient s’ils étaient intervenus. la fille de Douglas DeGuerre, Joy Wawrzyniak, allègue que les médecins n’ont pas suivi les souhaits de la famille et du patient de poursuivre les traitements, et qu’ils ont donc été négligents.

En savoir plus

3 avril 2019 : CRÉATION DU GROUPE DE TRAVAIL CANADIEN SUR LA DOULEUR

L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a annoncé la création du Groupe de travail canadien sur la douleur. Celui-ci aidera le gouvernement du Canada à faire tomber les barrières qui pourraient empêcher ceux qui souffrent de douleur chronique d’obtenir les services de santé dont ils ont besoin.

En savoir plus

12 avril 2019: LA RAPPORTEUSE SUR LES DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES DE L'ONU PRÉOCCUPÉE PAR LA LÉGALISATION DE L'EUTHANASIE AU CANADA

Mme Devandas Aguilar de l’ONU est venu rencontrer le gouvernement canadien du 2 au 12 avril dernier. Dans son rapport d’observation, la rapporteuse note:

« Je suis extrêmement préoccupée par la mise en œuvre de la législation sur l’aide médicale à mourir dans une perspective de handicap. On m’a informée qu’il n’y a pas de protocole en place pour démontrer que les personnes handicapées ont reçu des solutions de rechange viables lorsqu’elles sont admissibles à l’aide médicale à mourir.

J’ai également reçu des plaintes inquiétantes concernant des personnes handicapées dans des institutions qui subissent des pressions pour obtenir de l’aide médicale à mourir, et des praticiens qui ne signalent pas officiellement les cas impliquant des personnes handicapées. J’exhorte le gouvernement fédéral à enquêter sur ces plaintes et à mettre en place des mesures de protection adéquates pour veiller à ce que les personnes handicapées ne demandent pas d’aide médicale à mourir simplement parce qu’il n’existe pas de solutions de rechange communautaires et de soins palliatifs. » 

Lire le rapport

13 avril 2019 : DON D'ORGANES: LA NOUVELLE-ÉCOSSE ADOPTE LE CONSENTEMENT PRÉSUMÉ

L’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse a adopté vendredi à l’unanimité une loi qui suppose le consentement au don d’organes, une première législation de ce genre en Amérique du Nord. Quand la loi entrera en vigueur dans 12 à 18 mois, tous les adultes de la Nouvelle-Écosse seront considérés comme des donneurs d’organes potentiels, à moins qu’ils ne mentionnent leur refus.

En savoir plus

Dans le monde

ALLEMAGNE: LA FIN DE VIE DEVANT DÉBATTUE DEVANT LA JUSTICE

La Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction allemande, se penche depuis mardi sur les débats entourant la fin de vie. La question est sensible dans un pays où les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, mais aussi où le spectre du nazisme continue de flotter, le 3e Reich ayant eu largement recours à l’euthanasie notamment pour tuer les handicapés.

En savoir plus

BELGIQUE : 40% DES CITOYENS BELGES FAVORABLES À L'ARRÊT DES SOINS POUR LES PLUS DE 85 ANS

Dans une étude belge publiée LE mardi 19 mars 2019, 40% des personnes interrogées sont pour l’arrêt des soins vitaux pour les plus âgés. À l’inverse, seuls 35% y sont opposés. 69% des Belges estiment légitime de dépenser 50.000 euros pour un traitement vital. Par contre, ils ne sont plus que 28% à conserver cette opinion si le patient a plus de 85 ans”

En savoir plus

Damie Le Guay, philosophe, a écrit une tribune parue dans Le Figaro concernant les risques et travers auquels les sociétés qui ont accepté l’euthanasie font face suite à la sortie de ce sondage. 

«Le glissement, dans les têtes, d’une liberté pour moi à un programme collectif d’élimination des ‘‘bouches inutiles” vient d’être prouvé», s’inquiète le philosophe Damien Le Guay

En savoir plus

BELGIQUE : SOINS PALLIATIFS À DOMICILE: LA WALLONIE FIXE LES RÈGLES

Sur proposition de la Ministre de la Santé, Alda GREOLI, le Gouvernement wallon a approuvé en 3ème et dernière lecture un projet de décret fixant le rôle et les missions des structures actives dans le secteur des soins palliatifs qui interviennent au domicile d’un patient en fin de vie.

En savoir plus

BELGIQUE : LE NOUVEL ARGUMENT POUR L'EUTHANASIE DES PERSONNES DÉMENTES

L’argument est le suivant : puisque la loi exige que la personne soit encore capable de discernement au moment de son euthanasie (*), celle-ci n’est possible qu’au début du processus de démence. Selon LEIF, il en ressort que des patients sont euthanasiés « trop tôt », alors qu’ils pourraient encore vivre de belles semaines, de beaux mois voire de belles années.

En savoir plus

CHILI: LES SOUFFRANCES PSYCHIQUES PERMETTRONT BIENTÔT DE DEMANDER L'EUTHANASIE

Au Chili, la Commission Santé de la Chambre des Députés vient de voter deux articles importants sur les causes autorisant les demandes d’euthanasie. Les deux articles qui ont été votés hier définissent les critères de demande : le patient pourra demander l’euthanasie s’il « a été diagnostiqué d’une maladie en phase terminale, s’il souffre d’une maladie incurable qui lui provoque des souffrances physiques ‘persistantes et intolérables’ et en plus, il est spécifié que ces douleurs pourront être ‘de nature psychique’ ».

En savoir plus

ESPAGNE: LE DÉBAT SUR L'EUTHANASIE RELANCÉ EN ESPAGNE

L’arrestation puis la remise en liberté d’un Espagnol assumant pleinement d’avoir aidé à mourir sa femme qui était malade depuis trente ans a relancé jeudi le débat sur l’euthanasie, illégale dans le pays, à moins d’un mois des élections.

En savoir plus

FRANCE: EUTHANASIE: NICOLAS BONNEMAISON DÉFINITIVEMENT RADIÉ DE L'ORDRE DES MÉDECINS

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé jeudi 11 avril irrecevable une requête du docteur Nicolas Bonnemaison, condamné en 2015 à deux ans de prison avec sursis pour avoir donné la mort à une patiente et qui contestait sa radiation de l’Ordre des médecins.

En savoir plus

LUXEMBOURG: DEUX VISIONS DE LA DIGNITÉ HUMAINE

Retracez l’historique de la législation sur l’euthanasie au Luxembourg, votée en 2009. 

En savoir plus

PAYS-BAS : LES DONS D'ORGANES APRÈS EUTHANASIE: LES CHIFFRES PARLENT

Après 5 min sans battements de pouls, d’inconscience et d’absence de respiration, la mort est décrétée et le donneur est amené en salle d’opération pour qu’on prélève ses organes. » Cela s’est déjà passé pour 46 personnes aux Pays-Bas de 2012 à 2017, et pour 35 personnes en Belgique (depuis 2005). Et la pratique se répand : aux Pays-Bas, contre 1 personne en 2012, 13 patients euthanasiés ont été prélevés en 2017.

En savoir plus

PAYS-BAS : FAUT-IL RÉDUIRE LES TRAITEMENTS MÉDICAUX POUR LES PERSONNES ÂGÉES?

La députée néerlandaise Corinne Ellemeet (GroenLinks) a provoqué de vives réactions suite à sa proposition concernant les soins aux personnes âgées. La députée écologiste demande à ce que les médecins gériatres en hôpitaux soient davantage impliqués dans le processus décisionnel pour prodiguer ou pas un traitement lourd à un patient âgé de plus de 70 ans.

« La question centrale est celle-ci : que sommes-nous en train de faire au patient ? Hospitalisation, anesthésie, douleur et un déluge de drogues. Plusieurs recherches ont montré qu’il est courant d’entrainer des patients âgés dans un processus de traitements excessifs. » a déclaré l’élue, en charge de la Santé publique à la Chambre basse.

En savoir plus

NOUVELLE-ZÉLANDE: SOIGNANTS ET CITOYENS S'OPPOSENT EN MASSE À L'EUTHANASIE

38.000 Néo-Zélandais ont remis leurs observations sur le projet de loi au Comité restreint de la Justice. Après examen, Care Alliance a rendu un rapport détaillé sur leur contenu. Il ressort que 91,8% des participants sont opposés à cette dépénalisation. Parmi le personnel médical ayant rédigé des soumissions, ce sont 93,5% qui y sont également totalement hostiles.

En savoir plus

ROYAUME-UNI: LE COLLÈGE ROYAL DES MÉDECINS DU ROYAUME-UNI ADOPTE UNE POSITION « NEUTRE » SUR LE SUICIDE ASSISTÉ

Le collège royal des médecins, ayant échoué à recueillir une majorité de 60% de médecins engagés contre le suicide assisté, a abandonné son opposition à cette pratique, pour adopter une position neutre sur la question.

 En effet, une enquête menée auprès de près de 7000 médecins anglais montre que 43,4%  d’entre eux souhaitent que le collège royal des médecins s’oppose à un quelconque changement de la loi quand 31,6% demande qu’il soutienne le suicide assisté, contre 24,6% en 2014.

En savoir plus

ÉTATS-UNIS (CALIFORNIE): 2/3 DES HÔPITAUX REFUSENT D’APPLIQUER LA LOI AUTORISANT LE SUICIDE MÉDICALEMENT ASSISTÉ

Une enquête a interrogé 270 hôpitaux californiens, sur une période allant de septembre 2017 à mars 2018. La question portait sur l’application de la loi EOLOA (End Of Life Option Act), en vigueur depuis le 9 juin 2016, qui permet aux adultes vivant en Californie de demander une ordonnance pour des médicaments létaux s’ils sont en phase terminale. Les résultats de l’enquête indiquent que 164 hôpitaux, soit 61 %, interdisent aux médecins de rédiger des ordonnances de fin de vie « et interdisent aux médecins affiliés d’aider les patients à les obtenir », alors que 106 hôpitaux seulement, soit 39 %, les y autorisent.

En savoir plus

ÉTATS-UNIS (NEW JERSEY): 8e ÉTAT À LÉGALISER L'AIDE AU SUICIDE

Une enquête a interrogé 270 hôpitaux californiens, sur une période allant de septembre 2017 à mars 2018. La question portait sur l’application de la loi EOLOA (End Of Life Option Act), en vigueur depuis le 9 juin 2016, qui permet aux adultes vivant en Californie de demander une ordonnance pour des médicaments létaux s’ils sont en phase terminale. Les résultats de l’enquête indiquent que 164 hôpitaux, soit 61 %, interdisent aux médecins de rédiger des ordonnances de fin de vie « et interdisent aux médecins affiliés d’aider les patients à les obtenir », alors que 106 hôpitaux seulement, soit 39 %, les y autorisent.

En savoir plus

VDD dans l'action

Dossier du mois

Ouverture du poste de directeur adjoint / directrice adjointe

Le 19 avril marquait la date limite pour postuler au poste de directeur adjoint / directrice adjointe chez VDD. Nous sommes très heureux d’avoir reçu de nombreuses candidatures de qualité, et nous avons hâte de rencontrer les candidat(e)s. 

Les soins palliatifs comme composante du 'Vivre ensemble'

Le modèle des soins palliatifs doit s’adapter. Encore fortement construits autour des institutions de soins, les soins palliatifs sont appelés à faire partie intégrante de la vie en société pour permettre aux patients ou personnes âgées d’être soignés le plus longtemps possible dans leur environnement propre.

En savoir plus

0