Q u i - v i v e   

  L'infolettre de Vivre dans la Dignité
  Vol. 26, janvier 2017

Le mot du directeur

L’année 2018 commence très mal pour les promoteurs de l’euthanasie, alors que de nouveaux cas troublants ont fait surface en Belgique et aux Pays-Bas, où l’euthanasie y est légale depuis plusieurs années.

Jusqu’ici, mis à part une exception récente, les Commissions de surveillance de ces deux pays ont toujours réussi à classer les cas controversés sans leur donner suite, espérant sûrement que le temps effacerait de la mémoire collective ces zones d’ombre qui salissent l’aura de l’euthanasie.

Cette fois-ci, par contre, les surdoses de violation de la loi ont été si intenses qu’elles ont mené à la démission de deux experts qui souhaitaient ainsi rendre publique leur objection (et leur dégoût) face à l’impunité qui règne quant il s’agit d’euthanasie ou de suicide assisté.

Tout d’abord, en Belgique, un médecin spécialiste et membre de la Commission de surveillance belge, pourtant pro-euthanasie, a remis sa démission après que la Commission ait refusé de transférer en justice le dossier d’une patiente atteinte de démence et de Parkinson qui a été euthanasiée sur simple demande de sa famille, sans qu’elle n’en ait jamais fait la demande elle-même, et sans avoit été entendue sur la question.

Puis, aux Pays-Bas, une éthicienne de renom a elle aussi remis sa démission à la Commission de contrôle de l’euthanasie, estimant « ne plus pouvoir accepter sans objecter le fait que [la Commission] approuve des euthanasies de personnes démentes [alors que] ce sont le plus souvent les familles qui insistent pour euthanasier leur proche ».

Ces cas dramatiques – et la facilité avec laquelle les médecins fautifs sont absous de leur faute – ne sont pas sans rappeler la situation qui prévaut déjà chez nous, au Québec. En effet, au cours des deux premières années de la loi qui a légalisé l’euthanasie en la vendant comme une « aide médicale à mourir », notre Commission de surveillance a déjà enregistré 52 cas d’abus. Comme en Europe, ces violations de la loi sont aussi restées lettre morte car le Collège des médecins, pourtant chargé de les sanctionner, les a toutes classées comme des erreurs administratives.

Devant autant de scandales balayés sous le tapis, on ne peut s’empêcher de se demander si le Dr Willem Lemmens, professeur de philosophie à l’Université d’Anvers, n’a pas raison quand il affirme « qu'un petit groupe de médecins et soignants fanatiques (...) prend en otage le monde médical », et qu’autant d’abus laissés sans conséquence sont en train de confirmer « la sacralisation malsaine de l’euthanasie » dans nos sociétés.

D’ailleurs, la Belgique nous fournit un exemple tangible des conséquences qu’une telle « vision sociale » provoque à long terme. Ainsi, un nombre croissant de personnes quittent ses unités de soins palliatifs parce que celles-ci sont en train de se transformer en « maisons d’euthanasie ».

Malheureusement, au lieu de percevoir les traits d’un désastre annoncé, les sociétés imbibées d’euthanasie – comme la nôtre, maintenant – ne font que parler d’accessibilité et d’élargissement des critères, comme en témoigne le plus récent exemple (encore) aux Pays-Bas, où des « experts » néerlandais plaident maintenant pour l’euthanasie des enfants (avec ou sans leur consentement)!

Pour notre part, soyez assurés que Vivre dans la Dignité continuera de faire entendre la voix des personnes qui veulent bâtir une société d'entraide plutôt que de faciliter la mort aux personnes qui ont besoin d'aide.

Nous comptons sur votre soutien et nous vous encourageons à participer aux débats en appelant les lignes ouvertes, en écrivant aux journalistes, en contactant votre député et en écrivant vos commentaires sous les articles qui défendent notre vision.

Je vous remercie d'avance pour votre soutien.

Solidairement,

 

_____________________________

Aubert MARTIN, directeur-général, Vivre dans la Dignité

 


Actualités au Québec

  • 8 janvier 2018 : deux études publiées l’automne dernier par des chercheurs québécois montrent les implications importantes de l'euthanasie sur la liberté de conscience des personnes oeuvrant dans le domaine de la santé (>>)
  • 9 janvier 2018 : deux malades à qui l'euthanasie a été refusée veulent faire invalider le critère de « fin de vie » et celui de «mort naturelle raisonnablement prévisible » des lois canadienne et québécoise. (>>) (>>)

 

Actualités au Canada

  • 8 janvier 2018 : une maison de soins de confession juive dépose une plainte contre un médecin qui a infiltré furtivement l’établissement pour euthanasier un de leurs patients. (>>) (>>)
  • 11 janvier 2018 : le transfert d'un patient de l’Hôpital Saint-Paul à Vancouver relance la question pour savoir s'il faut forcer les hôpitaux religieux à offrir l'euthanasie dans leurs murs (>>)
  • 15 janvier 2018 : Dying with Dignity Canada lance une nouvelle pétition demandant au gouvernement de Canada d’assurer un accès équitable à l’euthanasie dans tous les établissements de santé (>>)
  • 18 janvier 2018 : en Nouvelle-Écosse, un patient ne trouve aucun médecin pour l'euthanasier (>>)

 

Vivre dans la dignité (français et anglais)

  • "Aubert Martin: Deux and d’euthanasie" Discussion avec Aubert Martin avec On n’est pas du monde de Le Verbe. Écouter l’émission >>

 

Collectif des médecins contre l'euthanasie

  • La conscience et le bon sens : L’une des raisons les plus significatives justifiant le refus de l’euthanasie vient de l’importance colossale de ce geste portant atteinte à la vie humaine. En effet, depuis le début de l’humanité, le code universel de conduite humaine civilisée – oral et écrit – est fondé sur une interdiction généralisée du meurtre. Lire l’éditorial >>

 

Actions

  • Signez la pétition de la Euthanasia Prevention Coalition pour demander au British Columbia College of Physicians and Surgeons de réprimander et discipliner le Dr Wiebe pour avoir infiltré furtivement une maison de soins et euthanasié un patient. Lien >>

 

Faits saillants dans le monde

  • Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique : Une patiente atteinte de démence et de Parkinson a été euthanasiée sur simple demande de sa famille, sans que la personne n’en ait jamais fait la demande elle-même, et n’ait été entendue sur la question. De plus, il appert que le second médecin à consulter n’a en réalité donné son avis médical qu’une fois le décès intervenu. Lire l’article >>
  • Des infirmières belges quittent les unités de soins palliatifs, « maisons de l’euthanasie » : Des infirmières belges et des assistantes sociale spécialisées dans les soins aux personnes en fin de vie quittent les unités de soins palliatifs parce qu’elles se transforment en « maisons en l’euthanasie ». Lire l’article >>
  • Belgique : Démission au sein de la commission de contrôle de l’euthanasie : En Belgique, une décision de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie (CFCEE) a conduit à la démission d’un de ses membres, médecin spécialiste et pro-euthanasie. Il a déclaré : « Cette commission ne remplit pas son rôle. Elle se prend pour un juge. Elle n’élargit pas l’application de la loi euthanasie, elle la viole ». Lire l’article >>
  • États-Unis : le président Trump s’engage pour la liberté de conscience : Le gouvernement fédéral des Etats-Unis a annoncé jeudi 18 janvier la création d’une nouvelle division ministérielle, au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux, « consacrée aux libertés de conscience et religieuse ». Lire l’article >>
  • Pays-bas : démission d’un membre de la commission de contrôle de l’euthanasie : Aux Pays-Bas, un membre de la Commission de contrôle de l’euthanasie a remis sa démission en guise de protestation contre les euthanasies de personnes démentes. Berna Van Baarsen, éthicienne, déplore ces situations, largement approuvées par la Commission. Elles concernent des patients qui ont fait une déclaration anticipée d’euthanasie avant leur état de démence, mais qui n’ont pu la confirmer avant que le médecin ne provoque leur mort. Lire l’article >>
  • Hidden problems with the Oregon assisted suicide law uncovered: An article by Fabian Stahl has revealed that Oregon’s assisted suicide act, and the way that the Oregon Health Authority chooses to interpret it, contains a troublingly relaxed definition of terminal illness. Read more >>
  • Dissent in Dutch euthanasia bureaucracy: A medical ethicist has resigned from a Dutch regional assessment committee for euthanasia over a law which allows non-consenting demented patients to be euthanised. For ten years Berna van Baarsen helped to assess whether euthanasia had been performed in accordance with the law in the North Holland region. Read more >>

 

L'euthanasie et le suicide assisté dans le monde (français et anglais)

  • BELGIQUE : Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ? Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d’Evaluation de l’Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE. Lire l’article >>
  • FRANCE : Une troisième proposition de loi pour légaliser l’euthanasie : Après avoir réclamé un groupe de travail sur l'euthanasie au détour de la mission flash sur les EHPAD, la député Caroline Fiat du groupe la France insoumise a déposé un amendement visant à évaluer le recours à l’aide médicale à mourir par des français à l’étranger lors des discussions autour du projet de loi de financement de la sécurité sociale. Ces tentatives ayant échoué, elle vient de déposer ce 20 décembre une proposition de loi « relative à l’euthanasie et au suicide assistée ». Lire l’article >>
  • OREGON : En Oregon, l’aide médicale à mourir s’applique aux patients diabétiques : En Oregon, la loi autorise l’« aide médicale à mourir » pour les malades « en phase terminale », ayant moins de six mois à vivre. Deux médecins doivent s’accorder sur ce pronostic et s’assurer que la décision du patient est libre et éclairée. Selon certains professionnels de santé, la loi laisse aussi la possibilité à des patients atteints de maladies curables de refuser les soins dans le but d’obtenir un diagnostic terminal et une ordonnance létale. Lire l’article >>
  • PAYS BAS : Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8 : Aurélia (ou Sarah, prénom repris dans les médias) mourra le 26 janvier 2018 à 14h, à l’âge de 29 ans. Des médecins de la LEK ont confirmé son état de « souffrance psychique insupportable et sans issue » le 31 décembre 2017. Aurélia a ensuite dévoilé à la presse néerlandaise son parcours et son choix d’assistance médicale au suicide. Elle estime qu’« après une vie pourrie », elle a « droit à une mort digne », parce qu’elle est un être humain. Lire l’article >>
  • PAYS-BAS : Encore une démission par protestation contre l’euthanasie de personnes démentes : Rappelant l'épisode de la démission d'un membre de la Commission Fédérale de Contrôle et d' Evaluationde l'euthanasie en Belgique, c'est maintenant aux Pays-Bas qu'un expert démissionne. Lire l’article >>
  • PAYS-BAS : Euthanasie : les Nations-unies épinglent les Pays-Bas : Alors que trois Français sur quatre se déclarent favorables à l'euthanasie des malades incurables qui la réclament, selon un sondage BVA/ADMD, le Comité des droits de l'homme de l'Onu s'inquiète de la progression de l'euthanasie aux Pays-Bas. Sur place, des députés français ont constaté que la pratique euthanasique s'est emballée et que le pouvoir des médecins est devenu incontrôlable. Lire l’article >>
  • PAYS-BAS : Ivo Poppe admet avoir euthanasié 20 personnes au maximum : Le président de la cour d'assises de Flandre occidentale Bart Meganck a entamé lundi après-midi l'interrogatoire d'Ivo Poppe, poursuivi pour au moins 10 assassinats. Le diacre de Wevelgem a déclaré qu'il avait activement euthanasié un maximum de 20 personnes. Lire l’article >>
  • PAYS-BAS : Un groupe d’achat néerlandais propose des pilules de la mort « bon marché » La « coopérative néerlandaise de la dernière volonté », créé en 2013 et rassemblant 17 000 membres, lance en ce début d’année « Middle X », une sorte de groupe d’achat pour « obtenir des pilules de la mort ». Lire l’article >>
  • NETHERLANDS: 29 year-old Dutch woman is scheduled to die by assisted suicide for psychiatric reasons: Citing feeling “devoured by my psychiatric disorders” and “completely broken”, a 29 year-old woman without any terminal illness has been approved for euthanasia for psychiatric reasons in the Netherlands. Read more >>
  • NETHERLANDS: Netherlands Euthanasia "experts" advocate for child euthanasia - with or without consent: An article published in The Journal Pediatrics features comments by proponents and opponents of child euthanasia. Of particular concern are comments by Dutch experts in the articles who recommend the Minister of Health to remove age restrictions and make euthanasia accessible for competent and incompetent children. Read more >>
  • OREGON: Diabetics are eligible for assisted suicide in Oregon - state officials : A series of articles covering the report of Fabian Stahle, a Swedish opponent of euthanasia, have confirmed that the term “terminal illness” in Oregon’s assisted suicide act has a wider definition than specified in the act. Read more >>
  • OREGON: Oregon Health Authority Reveals Hidden Problems with the Oregon Assisted Suicide Model: Article by Fabian Stahle outlining how Oregon’s assisted suicide laws are less restrictive than thought. Read more >>
  • UNITED STATES (UTAH): Utah lawmaker pushes to criminalize assisted suicide after hanging case: A Utah state lawmaker wants to specifically outlaw assisted suicide after a man was accused of helping a teenager kill herself and filming the act. Read more >>

 

Actions pour le mois de février

  • SOUTENEZ NOS EFFORTS pour que nous puissions continuer à parler en votre nom:

          

  • Aimer, partager et réagir aux articles publiés par Vivre dans la Dignité: ajoutez votre voix aux débats sucités par les articles publiés par Vivre dans la Dignité en aimant ("Like") en partageant (Facebook, Twitter) et en participant aux discussions sous les articles.
  • Appuyons le Project Value en aimant leur page Facebook (>>). Cette initiative propose des vidéos réalisées par les personnes en situation de handicap pour contester l'idée populaire de ce que signifie avoir une incapacité. Chaque vidéo commence par une description du diagnostic et du pronostic de la personne, ainsi qu'une description de ses limites fonctionnelles. Ensuite, la personne parle de la qualité et de la valeur de sa vie au-delà de son état de santé. À partager!
  • Soutenons la Coalition for HealthCARE and Conscience en inscrivant votre nom et votre courriel dans les cases prévues à l’adresse suivante : http://www.canadiansforconscience.ca/

 

Revue de presse (français et anglais)

  • « Le métabolisme peut mimer la mort » : Un détenu espagnol s’est réveillé à la morgue plusieurs heures après son décès, déclaré par deux médecins consécutifs. Lire l’article >>
  • Une carrière à côtoyer la vie et la mort : « La vie jusqu’au bout », lance spontanément le docteur Marcel Marsolais. L’homme de 71 ans aura passé les dernières années de sa carrière à prodiguer les soins palliatifs à la Maison Victor-Gadbois. Devant la mort, il préfère parler de la vie. Lire l’article >>
  • La ténacité des parents de Marwa récompensée : Le Conseil d’Etat s’est prononcé la semaine dernière en faveur des parents dans l’affaire Marwa. L’« épilogue, on l’espère, de ce feuilleton humain et procédural stupéfiant, faisant droit à la légitime demande des parents qu’il ne soit pas mis fin à la vie de leur petite fille de 16 mois », commente Maitre Adeline Le Gouvello, avocate à la Cour et intervenant notamment en droit des mineurs. Lire l’article >>
  • Le suicide chez les aînés, une réalité : Isolement, maltraitance, abus... Les problématiques vécues par les personnes âgées sont de plus en plus dénoncées et font prendre conscience d’autres situations parfois moins fréquentes, mais tout aussi sombres. Lire l’article >>
  • Nouvelle Zélande : « en 40 ans de pratique gériatrique, je n’ai jamais vu de souffrances ingérables » Le docteur David E. Richmond est professeur émérite de médecine gériatrique de l’Université d’Auckland en Nouvelle Zélande. Après de plus de quarante années de pratique médicale en tant que médecin, gériatre et gestionnaire de soins palliatifs, et ayant côtoyé nombre de personnes mourantes, il assure « n’avoir jamais vu une personne mourir avec des souffrances ingérables ». Lire l’article >>
  • Euthanasia and elder abuse: One of the greatest dangers that Australians now face is making the elderly feel as if they are a burden on society. Read more >>
  • Euthanasia debate reveals deep divisions about the value and meaning of life: The euthanasia debate is often construed as featuring two extremes; one committed to compassion and dignity, while the other a product of medieval and zealous religious doctrine. The reality, is far more complex and nuanced. Read more >>
  • Sacrificing Pain Patients to Stop Opioid Epidemic? “I’m all for fighting the opioid epidemic. But not at the price of preventing patients from receiving quality medical care. And that may be happening. Nevada doctors are apparently up in arms at a new Nevada law that they say is so vague, it could chill their proper prescribing practices.” Read more >>
  • Proposed Canadian assisted dying regulations overlook many important details: A year and a half after Canada’s assisted suicide legislation came into effect, Health Canada released its first draft regulations for monitoring the practice. Though they were intended to provide “transparency and [foster] public trust,” the draft of these standards raises many concerns. Read more >>

 

Vidéos à regarder (français et anglais)

  • Fatal Flaws: Legalizing Assisted Death (Early Preview): Filmmaker Kevin Dunn has logged over 50,000 kms in the air and on the road to ask one of the most fundamental philosophical questions of our time: should we be giving doctors - or anyone - the right and law to end the life of another human - and how do these laws affect society over time? Watch video >>
  • Overcoming a spinal cord injury: Claire’s story: A spinal injury at 17 didn’t stop Claire Freeman achieving her dreams of completing a design degree Masters and now PhD in the Powerchair. Watch video >>
  • Dr. Patrick Viany - La fin de vie : Discours donné par Dr. Patrick Vinay, professeur de médecine à l'Université de Montréal, à la Conférence pour une nouvelle écologie humaine. Regarder la vidéo >>
  • Aubert Martin – Ne gaspillez pas votre mort : Discours d'Aubert Martin à la conférence "Ne gaspillez pas votre mort". Regarder la vidéo >>
  • The Euthanasia Deception: A trailer for the new documentary exploring assisted suicide and euthanasia in Belgium. Watch video >>
  • Margreet: “She was euthanized without consent. They decided.” In the new film “Fatal Flaws” (Spring 2018) filmmaker Kevin Dunn questions the long term effects of assisted death laws on society.  One of the most shocking stories came from a woman named Margreet whose mother was euthanized without request. Watch video >>

 

Faire un don... c'est agir! 

Notre organisme n'existerait pas sans le soutien financier des personnes qui partagent notre vision de la solidarité humaine et notre mission de promouvoir des bons soins palliatifs pour tous. Grâce à votre contribution, nous pouvons agir en votre nom sur le terrain (conférences, information), dans les médias (entrevues, articles, communiqués de presse), et sur les réseaux sociaux (blogues, site Internet, Facebook, Twitter).

Ainsi, en contribuant, vous participez directement à défendre les générations futures, et en particulier les personnes vulnérables, menacées par l’euthanasie et le suicide assisté au Canada.

Merci d'avance pour votre soutien actif !