Sur le sujet

Dans l'actualité

L’industrie pharmaceutique – pourtant rarement réfractaire aux occasions de vendre ses produits – s’était montrée réticente à garantir leur utilisation pour des euthanasies et des suicides assistés.  

En savoir plus

Au Tennessee, des condamnés à mort trouvent trop cruelle l’injection létale et préfèrent mourir sur la chaise électrique ou par peloton d’exécution.

Au Québec, cette injection létale a été vendue comme un soin de santé (“aide médicale à mourir”) pour que des personnes qui souffrent choisissent “librement” cette mort, pourtant qualifiée par ces prisonniers de «torture chimique extrême».  

En savoir plus